Scilly ... con carne pour les voileux Non, Non, écrit par Odile, tout à la fois héroïne, victime, cheftaine, et journalistre de cette virée mémorable aux Scilly  Merci Odile !

Nous partîmes…, non, pas 500, mais 5 voileux : Eric, Ted, Christophe, Michel et Odile, direction Sainte Marine avec armes et bagages (c’est bien les Fiat 500 !!!). Une arrivée tranquille et une bonne installation sur electron libre. Le samedi,  réveil avec spectacle dansant disco d’ABBA et petit déjeuner tout chaud. Après cette entrée en matière, pleins d'entrain, nous faisons le plein de vivres et vogue…Electron libre.

Peu de vent au départ et initialement, direction les Glénans mais en cours de trajet, les voileux décident de partir vers Audierne pour cause d’un petit souffle d’air qui nous fait passer la pointe de Penmarc’h comme une fleur. Electron libre mouille à St Evette après une journée bien chargée. T°C de l’eau à 15. Dimanche, pas de vent, direction l’île de Sein, avec quelques embruns sur le trajet, orchestrés par Eric   transformé pour l’occasion en Père Neptune, au passage du Raz de Sein.

Petit arrêt à l’île de Sein avec chasse au trésor (une boîte aux lettres) que nous n’avons jamais trouvé (T°C de l’eau à 14) puis départ le lundi avec un accompagnateur marin, en l’occurrence un dauphin, et le moteur. Traversée au moteur jusqu’à l’île de Molène (et son vinaigre) en passant par le Fromveur et en frôlant le Kéréon, visite touristique avec les bateaux de goémon en train de charger,et culturelle sur l’île avec son sémaphore (T°C de l’eau à 13). Ensuite petite traversée (promenade de santé, je dirais) jusqu’à l’Aber Ildut avec une arrivée en dauphins. Petit point noir : évitez la désagréable épicière de l’Aber Ildut « l'épicière, l'épicière est une sorcière » chantait Trenet.

Scilly ... con carne pour les voileux

Après une nuit bien reposante, les voileux partent pour les SCILLY !! , sur une mer d’huile et avec un tout petit souffle de vent. La traversée du Rail ? Facile : 7 gros bateaux en tout et pour tout, pas de quoi fouetter un poisson chat. Une nav’ de nuit un peu agitée mais juste ce qu’il faut pour être bercé (quand on n’est pas de quart). On a croisé un Hollandais Volant et navigué aux étoiles. T°C de l’eau à 17.

Arrivée à St Mary en passant à côté de Spanish Ledge et après une pause sur la terre ferme, repos à bord. Le soir, un repas bien de nos provinces : confit et pommes de terre sarladaises pour bien rappeler aux voisins d’où on vient (en même temps, je crois que le drapeau était assez visible!) Jeudi, visite de Tresco, son beau jardin, son musée des figures de proue, son église,... T°C de l’eau à 16. En fin de journée, départ pour la France sur une mer d’huile, euh pardon de graisse de canard. Et bon anniversaire Christophe, c’est bon le « Eric con carne », hein ?

Une nav’ de nuit bien paisible pour les voileux, mis à part les quelques écarts pour ne pas rencontrer un chalutier de trop près. Vendredi, réveil aux dauphins et remake par Eric et Ted de la scène romantique culte de Titanic, les glaçons en moins. Enfin, arrivée à Ouessant et samedi visite de l’île à vélo (à pied, c’est bien aussi). T°C de l’eau à 13. Promenade SNSM et enfin spectacle chantant à la fête du port de Lampaul

Dimanche, promenade jusqu’à Brest en frôlant le phare de la Jument : en partie au moteur, en partie au spi (on avait pris l’option). Pour finir, ménage et petite marche sportive jusqu’à la gare

Pour l’interro, on a croisé les phares et balises ou bouées célèbres suivants (et dans l’ordre, svp) : les phares d’Eckmühl, de la Vieille, la tourelle de la Plate, de Tévennec, (entre nous, les 3 derniers énumérés forme un triangle avec un microclimat très humide), de Men Brial, les Pierres noires, le Kéréon, le phare du Stiff, la Bouée du dispositif de séparation de trafic d'Ouessant, que finalement on n’a pas vu… Spanish Ledge (qu’est pas un phare mais quand même), Bishop Rock, le Créac’h, Nividic et son téléphérique, la Jument, les Pierres noires (re), le Petit Minou et Portzic. Je m’a pas trompée ?

Conclusion :

Qui a dit que ça secouait en Mer d’Iroise ? Ils sont où, les gros bateaux du Rail ? Il pleut en Grande-Bretagne ? Certes, on a eu peu de vent (force 2-3 en général) mais la ballade était géniale (pas de houle donc pas de nourriture aux poissons).

5 Tridents pour les GO de la croisière avec leurs chorégraphies ABBA et leurs karaokés, idem pour les animations dauphins, visites touristiques, spectacle de port, visite en canot SNSM, défilés de vieux gréements, cours de marées et nav’.

4 Tridents pour les repas (le chili, ça abîme un peu)

Prête à repartir quand vous voulez, j’amènerai de la terrine de canard et du vin…   

Scilly ... con carne pour les voileuxScilly ... con carne pour les voileuxScilly ... con carne pour les voileuxLa légende du Chili commence iciScilly ... con carne pour les voileuxScilly ... con carne pour les voileuxScilly ... con carne pour les voileuxABBA

Seuls les voileux connectés peuvent publier un commentaire